Un lac au Monténégro et le cinéma français

Le Lac Slano. Photo : Jasmina Nikcevic

Le lac Slano ou Slansko (Salé) est un lac artificiel de la municipalité de Nikšić, situé dans la partie ouest de la plaine de Nikšić. Ce lac a été créé en 1950 pour les besoins de la centrale hydroélectrique de Perućica, ainsi que des lacs voisins Krupac et Vrtac. Les trois lacs sont reliés entre eux par des canaux et le terrain sur lequel les lacs ont été construits a dû être renforcé avec du béton en raison de sa haute perméabilité. Le littoral du lac salé (utilisé pour la pêche et le tourisme) est parsemé de plusieurs îlots, dont le plus important est l’île calcaire de Vižaj.

Outre ses avantages géographiques et industriels et sa beauté naturelle indéniable, il existe un fait insuffisamment connu qui relie cette région à la cinématographie française.

Un très bon film en noir et blanc Le Goût de la violence, « un film à la fois généreux et minimaliste », selon les critiques, signé par le célèbre réalisateurs français Robert Hossein, qui interprétait également le rôle principal, a été principalement tourné dans cette zone autour de Nikšić en 1959. Et le 30 août 1961, les Parisiens ont eu l’occasion de découvrir Le Goût de la violence, un nouveau film de guerre romantique dans les cinémas Français et Marignan.

Photo – Source : httpswww.prch.mejaguar-pod-budos

Abraham Hosseinoff, dit Robert Hossein (1927-2020), est un réalisateur, acteur, scénariste, homme de théâtre et metteur en scène français, connu dans le monde comme l’un des membres de la nouvelle vague du cinéma français. Né d’un père iranien et d’une mère russe d’origine juive, Robert Hossein s’était fait connaître dès la fin des années 1940. Ses qualités de metteur en scène feront de lui l’une des personnalités majeures du paysage artistique français. C’est à Robert Hossein que l’on doit plusieurs grands spectacles : Le Cuirassé Potemkine, Les Misérables, Jules César, Jésus, Danton et Robespierre ou encore Ben-Hur.

L’action du film Le Goût de la violence, de ce « western » sur fond de révolution mexicaine, se déroule à la fin du XIXe siècle, où des « guérilleros » luttent contre la tyrannie d’un gouvernement dictatorial. La fille du chef d’Etat (interprétée presque sans aucune parole par la star du cinéma italien Giovanna Ralli), qui voyageait dans un train, est enlevée. Elle doit être emmenée, comme otage, au quartier général des révolutionnaires. Trois hommes vont l’escorter à travers ce pays en proie à la guerre civile et aux massacres.

Source : httpswww.prch.mejaguar-pod-budos

La musique magnifique omniprésente dans ce film est écrite par le père de Robert Hossein, André Hossein, compositeur et chef d’orchestre et des rôles notables ont été joués par des acteurs allemands et yougoslaves (Mario Adorf, Relja Bašić et Mia Oremović).

Robert Hossein était tellement charmé par la beauté du Lac de Slano, qu’il a déclaré dans des  interviews dans la presse yougoslave que les plus beaux endroits au monde pour lui sont ce coin merveilleux de la vaste plaine de Nikšić et une petite plage à Budva.

Le Lac Slano aujourd’hui. Photo : Jasmina Nikcevic

Robert Hossein est mort le 31 décembre 2020, à la suite d’un problème respiratoire lié à la Covid 19. „Que mon merveilleux guerrier repose en paix“ – fut l’adieu touchant de Brigitte Bardot.

La Bataille de Grahovac et le rôle de la diplomatie française

L’obelisque – monument aux héros de la bataille de Grahovac. Photo : Jasmina Nikcevic

Grahovac, un petit village situé sur un plateau légèrement surélevé représente l’un des sommets les plus importants de la géographie et de l’histoire monténégrines, un vrai sanctuaire de liberté, sur lequel le sort du pays et du peuple a été décidé dans des moments difficiles du 29 avril au 1er mai 1858. Cet endroit sera toujours dans la mémoire collective du Monténégro un vrai noyau de la résistance, son principal bastion de la défense et le symbole de sa plus grande victoire. Pendant des siècles, c’était un point frontalier entre l’Empire turc et l’ancien Monténégro, et par cela, l’objet de batailles constantes pour la suprématie.

Vue sur le village de Grahovac. Photo : Jasmina Nikcevic

Appréciant la difficile réalité historique, le prince Danilo Petrović (1826-1860) a pris un virage en politique étrangère et, dans une tentative de se libérer de l’influence dominante de la diplomatie russe, a cherché un soutien dans les pays occcidentaux et à partir du début de 1856, il a trouvé en la France son allié de politique étrangère le plus important.

Peu importe à quel point la tentative du prince Danilo de rechercher un soutien en France en 1856 était dirigé par la volonté d’établir des relations amicales avec le gouvernement de Napoléon III, cette décision politique était d’une importance historique exceptionnelle.

Peu de batailles dans l’histoire des guerres menées par les Monténégrins ont eu un tel résultat final. Selon certaines sources, tout le corps militaire d’Hussein Pacha a été anéanti (7 000 soldats et officiers), tandis que, selon les journalistes consulaires russes de Trebinje, 5 000  soldats et officiers turcs sont morts, dont le général Kadri Pacha. Seuls quelques centaines d’officiers et de soldats ont échappé à la mort.

Les pertes de l’armée monténégrine dans la bataille de Grahovac ont été importantes. Selon les informations officielles publiées par le prince immédiatement après la bataille, l’armée monténégrine aurait laissée sur le champ de bataille près de 200 morts et 300 blessés. Le 30 avril, Hussein Pacha a proposé une trêve au grand-duc Mirko Petrović, qui l’a refusée catégoriquement tout en laissant le temps aux Ottomans d’enterrer leurs morts. Un autre exemple du comportement admirable des Monténégrins dans les moments les plus difficiles de la bataille est le fait que le commandant en chef monténégrin n’a pas interrompu l’approvisionnement en eau des Turcs indépendamment d’un avantage tactique qui aurait pu profiter à l’armée monténégrine.

Le jour décisif de la bataille, les femmes monténégrines qui venaient ravitailler l’armée ont pris part aux combats les plus féroces. Certaines d’entre elles ont été tuées et d’autres grièvement blessées.

La grande victoire monténégrine à Grahovac a retenti dans toute l’Europe. Une légende est immédiatement née à propos du commandant en chef de l’armée monténégrine lors de la bataille de Grahovac.

Le chargé d’affaires russe à Vienne a immédiatement informé par télégramme son ministre des Affaires étrangères que les Monténégrins de Grahovac avaient écrit „une nouvelle page du livre de leur histoire avec leur sang“.

Quelques jours seulement après la grande victoire de l’armée monténégrine à Grahovac, des navires de guerre français ont croisé dans la mer Adriatique, dans les eaux territoriales de l’Autriche, signifiant ainsi à l’Autriche que la France protégerait le Monténégro en cas d’éventuelles attaques sur son territoire.

L’un des contemporains de ces événements, l’archimandrite Nicifor Ducic, a déclaré que cette victoire était „la couronne de toutes les victoires monténégrines précédentes“. Dans le même temps, le scientifique et publiciste français, contemporain de la bataille de Grahovac, Guillaume Lejean, a déclaré: „Grahovac a fait plus pour la résolution de la question monténégrine que tous les diplomates du monde.“ (Voyages dans les Balkans 1857-1870).

La conséquence politique majeure immédiate de l’écho victorieux de la battaille de Grahovac et de la défaite turque est la formation de la Commission des Grandes Puissances européennes, qui réalise et fait respecter, avec la participation des parties belligérantes, la démarcation entre l’Empire ottoman et la Principauté du Monténégro.

Le prince Danilo a accordé à tous les survivants de la bataille la „médaille Grahovo“ et Mirko a été proclamé „grand duc de Grahovo“. En 1864, en l’honneur de la grande bataille qui a eu lieu à cet endroit en 1858, le roi Nicolas Ier a fait construire l’église de l’Ascension de manière symbolique, car sa construction a commencé le mardi et s’est terminé le jeudi, le jour de l’Ascension, tout comme la bataille de Grahovac.

L’Église de l’Ascension à Grahovac Photo : jasmina Nikcevic

Lors de la célébration du centenaire de la bataille, une plaque commémorative a été installée sur le fronton de l’église avec l’inscription de la célèbre citation de Petar Petrovic-Njegos dans son oeuvre La Couronne de la Montagne : „Le Monument à votre bravoure est le Monténégro et sa liberté“.

Le fronton de l’église avec l’inscription des vers de Njegos. Photo : Jasmina Nikcevic

Les mêmes vers figurent sur un obélisque qui honore la bataille et ses participants célèbres, inauguré par le gouvernement monténégrin en 2008.

 

L’obelisque aux héros de la bataille de Grahovac. Photos : Jasmina Nikcevic

Aujourd’hui, il est tout à fait clair que la brillante victoire militaire à Grahovac a marqué le début d’une nouvelle période dans la vie de l’Etat indépendant du Monténégro – la voie de l’indépendance et de la reconnaissance internationale comme une confirmation de sa longue lutte pour la liberté.

La liberté avant tout!

 

 

Sur les traces d’une librairie française à Nikšić

 

À partir de l’agora et du forum, premiers espaces publics de l’Antiquité, la Place est synonyme de ville, un lieu de la plus haute importance pour la vie d’une ville et pour la perception que nous en avons.

Place de la Liberté à Nikšić, vue aérienne. Photo de la Monographie de Nikšić, éditeur Maksim Vujačić, 1916

La conception et le projet de « pierre angulaire » de la ville de Nikšić ou de sa Place centrale (aujourd’hui Place de la Liberté) ont été réalisés en 1883 par l’un des architectes les plus célèbres de l’époque, Josip Slade de Trogir (Croatie). Cette année-là, le roi monténégrin Nicolas Ier ordonna à cet excellent ingénieur de réaliser un projet de construction d’une nouvelle ville, car Nikšić, après quatre siècles de domination turque, accueillit sa libération en 1877 avec des maisons délabrées et détruites ainsi que des bâtiments construits sans aucun plan urbain préalablement établi. C’est ainsi que Nikšić s’est développé à la fin du XIXe siècle de manière planifiée, avec des éléments architecturaux de style renaissance et baroque, comme Slade l’avait imaginé. Etant donné les conditions et les circonstances dans lesquelles Nikšić et le Monténégro se trouvaient alors, ce plan de Slade était d’une rareté exceptionnelle dans l’histoire des sciences urbaines. C’est justement à cet espace quadrangulaire de plus de 15 000 mètres carrés, à partir duquel les larges rues partaient en l’entourant, que Josip Slade a donné la position centrale et le rôle du noyau principal d’où la future ville se développerait progressivement, animé par un dynamisme culturel et économique. Les banques, les pharmacies, les librairies, les commerces, les cafés fleurissaient déjà dans ce lieu central de la ville en février 1885, quand la Place est achevée et pavée, les rues environnantes garnies de sable et des rangées d’ormes et de tilleuls plantées.

Le monument du roi Nicolas Ier du Monténégro, inauguré en 2006, sur la Place de la Liberté à Nikšić. Photo : Jasmina Nikčević

 Nikšić occupe une place particulière dans l’histoire de l’édition monténégrine. La première imprimerie de cette ville a été ouverte en 1898. Pendant l’entre-deux-guerres Nikšić est le centre littéraire le plus important du Monténégro, car la ville a poursuivi et développé la riche tradition de l’édition au Monténégro, le plus souvent associée au travail des imprimeurs et des librairies. Des imprimeries et des librairies célèbres étaient situées sur la place centrale de la ville et les libraires et les imprimeurs de Nikšić étaient également connus à cette époque pour la diffusion de leurs propres éditions et des éditions étrangères. Les librairies de M. Radoicic et des frères Kavaja, en termes d’expansion, d’acquisition et de vente de livres, occupaient (par rapport au nombre d’habitants) la première place dans toute la Yougoslavie. Geca Kon, pionnier de l’édition serbe, le plus grand éditeur des Balkans à l’époque et l’un des cinq plus grands libraires en Europe, a déclaré lors du Congrès des écrivains à Belgrade que ces deux librairies de Nikšić étaient parmi les plus importantes de tout le pays.

La librairie des frères Kavaja de 1927 à 1938. Photo du livre Place de la Liberté (1885-2007), Maksim Vujačić, Nikšić, 2007

La librairie d’édition des frères Kavaja, qui a fonctionné de 1927 à 1938 se trouvait au milieu du côté sud-est de la Place centrale de Nikšić.

En tant que bon connaisseur et amateur de livres, Ilija Kavaja a réussi en relativement peu de temps à se perfectionner dans le domaine de l’édition de sorte que sa librairie est devenue un centre culturel de grande réputation à Nikšić et dans le pays. Année après année, la librairie des frères Kavaja gagnait en expérience, et avait en stock des livres des grands éditeurs yougoslaves de l’époque. Grâce au travail dévoué des frères Kavaja, les habitants de Nikšić pouvaient facilement accéder aux dernières œuvres littéraires de genres très différents. En plus des nouvelles éditions, ils faisaient paraître régulièrement des livres liés à la vie culturelle de Nikšić, dans le cadre des bibliothèques intitulées Les Œuvres et les hommes et Bien mérité de la Patrie.

Avec à leur librairie, les frères Kavaja de Nikšić enrichissaient de nombreuses régions au Monténégro, en aidant les bibliothèques et en faisant de nombreux cadeaux aux élèves à la fin de l’année scolaire.

La librairie des frères Kavaja avait une très bonne réputation dans le pays et à l’étranger, comme en témoigne le fait qu’en 1930 elle est devenue représentant officiel de la Maison d’édition Larousse de Paris de sorte que de nombreux amateurs de livres français à Nikšić avaient accès à des œuvres originales en langue française à cette époque.

« La pensée libre » (hebdomadaire indépendant publié régulièrement à Nikšić de 1922 à 1941), en parlait le 22 juin 1930 dans le texte « Librairie française à Nikšić ».

Aspect actuel du côté sud-est de la Place (emplacement de l’ancienne librairie française). Photo : Jasmina Nikčević

Le Pont d’Hélène d’Anjou, la reine médiévale la plus mystérieuse

Pareillement au destin de nombreuses autres reines et princesses médiévales, Hélène d’Anjou, l’épouse du roi serbe Uroš Ier et la mère des rois Dragutin et Milutin est encore une figure énigmatique dans l’histoire des espaces balkaniques.

La plus grande lacune dans la biographie de la reine Hélène est le mystère de sa naissance et de ses origines, car aucun document ne le confirme.

L’histoire d’Hélène d’Anjou est en quelque sorte liée à celle de la dynastie médiévale monténégrine Balšić, qui a régné de 1360 à 1421.

Parmi les opinions divergentes sur les origines de cette famille, certains chercheurs considèrent les membres de la dynastie Balšić comme originaires de la famille des Baux de Provence, dont les descendants ont fondé une lignée italienne (del Balzo), de laquelle provenaient de nouvelles familles dans les Balkans (Monténégro, Albanie, Roumanie). De nombreux historiens, ethnologues, linguistes serbes et croates ont conclu d’après le nom de cette famille qu’ils étaient d’origine romaine (valaque). Le linguiste allemand Gustave Weigand a soutenu une origine mixte albanaise-aroumaine (valaque).

La plus ancienne mention du nom de famille Balšić date de 1304, lorsque la reine serbe Hélène d’Anjou a envoyé une lettre en langue slave à Raguse par l’intermédiaire de son confident Matija Balšić de Bar (Mata de Balsich de Antibaro). D’après une hypothèse, Matija a épousé une femme de la famille royale Nemanjić et a ainsi fondé la famille noble de Balšić. Une théorie selon laquelle les nobles de la dynastie de Balšić sont les descendants du noble Bertrand III des Baux, un compagnon de Charles d’Anjou, est considérée comme improbable, alors que dans les écrits de l’archevêque serbe Danilo II, il est fait mention des origines françaises de la reine Hélène d’Anjou. Le roi de Naples Charles d’Anjou l’appelait « chère cousine ».

Nombre de détails inconnus et indéterminés ont contribué à renforcer cette atmosphère de mystère et donné naissance à quantité de légendes liées à la reine Hélène d’Anjou, d’après lesquelles elle viendrait du village de Kujava, près de Danilovgrad au Monténégro (bourgade portant le nom du prince Danilo Petrović). Ce village abrite des vestiges du pont de la reine Hélène sur la rivière Zeta, dont il ne reste aujourd’hui que de grosses pierres entassées et recouvertes par les flots.

Les vestiges du pont de la reine. Photo : Jasmina Nikčević

Selon les détails des légendes monténégrines qui entourent la reine serbe Hélène d’Anjou, un noble français en route pour Raguse (Dubrovnik), passa par le village de Kujava avec une caravane et s’est épris d’Hélène qui devint Anjou et fit un don pour la construction d’un pont sur la rivière Zeta pour aider son peuple et son pays natal.

On sait bien d’après les faits historiques concernant la dynastie de Nemanjić qu’après la mort de son mari, le roi serbe Uroš Ier Nemanjić, la reine Hélène d’Anjou était officiellement Reine de Serbie, de Dioclée, d’Albanie, de Chilmie et du Littoral. Les terres de la reine-mère s’étendaient de l’arrière-pays ragusain à Skadar et comprenaient les villes de Bar, Kotor, Ulcinj et Svač, quelques domaines plus éloignés du littoral, ainsi que la ville de Trebinje en Herzégovine, tandis que sa résidence principale était située au Kosovo.

Sa grâce, sa bonté et ses bienfaisances sont restées proverbiales, et ses racines françaises, bien que jamais complètement élucidées, sont aussi inextricablement liées à son souvenir. Avec tout le mystère qui l’entoure, la notoriété de la reine Hélène ne s’est jamais démentie en Serbie et au Monténégro. Figure de l’imaginaire populaire, elle incarne l’idéal de la souveraine chrétienne.

La rivière Zeta traversant le village de Kujava. Photo : Jasmina Nikčević

 

 

En mémoire d’un célèbre médecin

 

Photo : Jasmina Nikčević
Rue de Dr Niko Miljanic. Photo : Jasmina Nikčević

L’une des rues centrales de Nikšić porte le nom du célèbre médecin monténégrin Niko Miljanić (1892-1957), issu d’une famille connue du village de Banjani dans les environs de Nikšić. Il est le fils du fondateur et pionnier de la médecine monténégrine, docteur Petar Miljanić (1852-1897), et le frère cadet du professeur Pavle Miljanić (1889-1975), un expert renommé dans le domaine de l’électrotechnique dans les anciens territoires yougoslaves.

Après avoir commencé sa scolarité à Cetinje, sa ville natale, Niko a étudié en Suisse et  s’est inscrit en médecine à Paris. Bien qu’il soit encore étudiant, il retourne dans son pays natal en 1912/13 afin d’aider les blessés de l’armée du royaume monténégrin. Après cela, il reviendra à Paris, mais après le déclenchement de la Première Guerre mondiale il sera de nouveau au Monténégro pour s’y rendre disponible. Avec sa mère Darinka, née Kapetanović, il travaille à l’hôpital « Danilo Ier » à Cetinje, mais, sur l’insistance du roi Nicolas, il repartira en France pour poursuivre ses études « car cela profitera davantage à la patrie » et c’est en 1918 qu’il obtient son diplôme de médecine à Paris. Il a dédié sa thèse de doctorat en chirurgie à son père – « A la mémoire de mon père, docteur Petar Miljanić, chirurgien à l’hôpital de Cetinje et chef du service de santé du Monténégro. J’essaierai de vivre sa vie, pleine de travail, de bonté et de loyauté, d’amour pour mon peuple, mon pays et ma nation. »

Dès 1920, Miljanić fait partie de la première génération de professeurs de la nouvelle Faculté de médecine de Belgrade. La date de son premier cours  magistral d’anatomie (le 9 décembre 1920) marque le début de la première session de cette faculté.

Il a fondé le Département d’anatomie descriptive et topographique et l’Institut anatomique. Grâce à l’héritage familial de sa femme ce docteur en médecine et auteur de plusieurs manuels universitaires était également propriétaire de la clinique chirurgicale privée « St. Vasilije Ostroški ».

Après la fin de la Grande guerre, les intellectuels réunis autour de la Société des anciens élèves des écoles françaises et de la Société des amis de la France, afin d’exprimer leur gratitude pour l’aide militaire et éducative de la France pendant et après la guerre, ont lancé une initiative officielle pour ériger un monument de reconnaissance à la France à Belgrade.

Le monument de Reconnaissance à la France à Kalemegdan, Belgrade. Source : httpssr.wikipedia.orgwiki

Le Comité d’érection du monument a été formé pendant l’été 1924 et son président Niko Miljanić, chirurgien et l’un des fondateurs de la Faculté de médecine de Belgrade, a eu l’honneur d’inaugurer ce monument, symbole de gratitude envers la France, dans la plus belle partie du parc de Kalemegdan à Belgrade, en ce jour solennel du 11 novembre 1930, anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

C’est grâce aux efforts du docteur Miljanić également qu’une revue médicale yougoslave-française à laquelle ont collaboré les professeurs et médecins français les plus respectés, a été publiée sous les auspices de la Société des anciens élèves des écoles françaises et de la Société des amis de la France et que la Société a tenu pendant un certain temps un hôpital franco-yougoslave dans le sanatorium privé de Miljanić.

Après le déclenchement de la Deuxième guerre mondiale, sa famille et lui se sont réfugiés au Monténégro, à Risan, mais il a également effectué les interventions chirurgicales les plus difficiles à Cetinje et dans les hôpitaux de Podgorica et Nikšić. À partir du milieu de 1942, il s’installe à Dubočke, le village natal de ses ancêtres sous la montagne Njegoš à Banjani, où, en tant que conseiller politique et médecin militaire, il est membre de la brigade de Lovćen et en automne 1943, il devient président du Conseil national antifasciste pour la libération du peuple du Monténégro et des Bouches de Kotor (CASNO).

Dr Niko Miljanić, médecin militaire en uniforme de partisan en 1943. Photo du livre Ecrits sur l’histoire de la médecine au Monténégro, dr Slobodan Nikčević

Après la libération, il poursuit sa carrière d’enseignant à la Faculté de médecine de Belgrade. En tant que retraité, il est de nouveau au Monténégro où il fonde un hôpital à Velimlje en 1954, puis de nombreuses petites cliniques dans des villages à travers le pays.

Ce titulaire de l’Ordre de la Légion d’Honneur de France est resté dans la mémoire collective du peuple monténégrin comme l’un des géants de la médecine les plus célèbres et les plus honorables du pays.  

Dado – un génie artistique entre Cetinje et  Paris

Toute ma peinture est sortie du Monténégro comme lorsqu’un homme retire une épine de la plante de sa main ou de son bras… J’arrache mes peintures au Monténégro… Plus je vieillis, plus je l’aime. Je ne pense pas que je l’ai déshonoré dans ce monde… Il est l’élément de chaleur en moi.

Dado

Pour les amateurs de l’art moderne, Cetinje est avant tout la ville du peintre Miodrag  Đurić – DADO (1933 – 2010), un des plus grand réprésentants du surréalisme après Marc Chagall et Salvador Dali. 

Les oeuvres de ce genie artistique, né en 1933 à Cetinje, sont exposées aujourd’hui au Centre Georges Pompidou à Paris, dans les galleries les plus célèbres du monde ainsi que dans de nombreuses collections privées. Il a commence sa formation à l’Ecole des Beaux arts de Herceg Novi puis terminé l’Académie des Beaux-Arts de Belgrade en 1956. La période étudiante dans les années après la Seconde guerre  mondiale fut un épisode important de sa vie, marqué par la pauvreté et la faim. 

J’avais tellement faim à Belgrade que je sens encore la nausée quand je repense à ces jours, a déclaré Dado.

Dado_Djuric_in_the_early_70's.jpg (368×480)

Photo: Miodrag Dado Đurić dans les anées 1970

Source: Wikimedia commons https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dado_Djuric_in_the_early_70%27s.jpg

Alors qu’il était encore étudiant, le sculpteur britannique Henry Moore, sympathisant de la Yougoslavie de Tito, a proposé de l’aider à obtenir une bourse et à aller à Londres. Ses collègues l’en ont dissuadé en disant qu’il ne  le méritait pas parce qu’il était asocial et opposant au gouvernement. 

Suite à son arrivée à Paris en 1956, la vie de Miodrag Đurić a fondamentalement changé: il a été contraint d’abandonner ses expériences  et et ses habitudes antérieures, tout comme un nouveau-né, sensible et sans moyens de subsistance. Il a dû rapidement remplacer la langue monténégrine par le français et son nom slave par un surnom d’enfance facile à prononcer. 

Après deux ans de travail comme peintre en bâtiment, il obtient un emploi d’imprimeur de lithographies et rencontre son premier grand galeriste Daniel Cordier, éminent membre du Mouvement de la Résistance, qui donnera 64 tableaux de Dado au Centre Georges Pompidou. En 1958, Dado expose à la galerie de Daniel Cordier à Paris, puis dans d’autres capitales mondiales. Il séjourne à New York, puis en Afrique centrale et s’installe définitivement à Hérouval. Outre la peinture, il réalise des céramiques, des sculptures, des scénographies, des fresques, des meubles peints, des livres illustrés, de nombreuses éditions bibliophiles. Dado était l’un des derniers passionnés d’art intransigeants pour qui la peinture était plus importante que la vie. 

Dado-Painting-untitled-1997.jpg (1536×2048)

Photo: Peinture de Dado 

Source: Wikimedia commons 

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dado-Painting-untitled-1997.jpg

Lors d’une réception à New York, Dado à rencontré Salvador Dali qui a déclaré : Après moi, seulement ce fou monténégrin. Après moi dans le surréalisme, il n’y a que Dado !

Les journalistes le décrivaient comme intellectuel capricieux et libre-penseur, mais Il destestait donner les interviews ou se prendre en photographie. En 2009, Dado  a représenté le Monténégro à la 53e Biennale d’art contemporain de Venise.

Dado-_copper_plate-Engraving.jpg (2484×3504)

Photo: Gravure de Dado

Source: Wikimedia commons

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dado-_copper_plate-Engraving.jpg

Dado est décédé à Paris en novembre 2010. Selon son propre souhait, il a été enterré dans la localité de Košćele au-dessus de Rijeka Crnojevića près de Cetinje, avec une vue magnifique sur le paysage environnant.

Sa vie durant, Dado a fait don d’un grand nombre de ses œuvres au Musée national du Monténégro à Cetinje, dont certaines sont exposées en permanence et valent le détour. 

Pour plonger dans l’univers artistique extraordinaire de Dado, il faut commencez la visite par sa maison sur la place principale de Cetinje, à quelques pas du Palais royal. L’artiste a transformé le rez-de-chaussé en “un anti-musée Dado” à l’occasion de la Biennale de l’art contemporain organisé par le prince-héritier Nicolas Petrović auquel il a participé en 1991. A partir de 2002, cet espace est transformé en gallerie “Atelier Dado” destinée à la promotion de l’art contemporain avec les expositions temporaires, ateliers, conférences etc. 

Atelier Dado (Archives privées)

La visite se poursuit vers le Musée des beaux arts, située à Vladin dom (Maison du gouvernement), très beau bâtiment du parlement monténégrin inauguré en 1910 qui consacré un espace tout particulier aux peintures de Dado Đurić. 

Musée des beaux arts de Cetinje (Archives privées)

La gallerie d’art monténégrine situé à l’ancienne place aux Halles, Balšića pazar, a été nommée  Miodrag Dado Đurić. Elle a été inaugurée après la mort de l’artiste, en 2012, dans l’ancien bâtiment de la société commerciale “Trgopromet” dans le but de promouvoir l’art monténégrin avec les expositions rétrospéctives et de présenter les jeunes artistes. 

Gallerie d’art monténégrine “Miodrag Dado Đurić” à Cetinje

Photo: Crnogorska galerija umjetnosti „Miodrag Dado Đurić

L’itinéraire se termine, conformément à la volonté de Dado, par le magnifique vue du lac de Skadar qu’il s’était savamment choisie pour la vie d’au-délà.

 

Ksenija de Monténégro, une princesse pas comme les autres et son journal intime en français

Les biographies des princesses ont toujours inspiré les poétes, romanciers, peintres, sculpteurs, auteurs dramatiques ou cinéastes. Cependant, la figure de la princesse Ksenija Petrović Njegoš (1881-1960) n’entre pas dans les stéréotypes des princesses élevées dans les maisons royales de la fin du XIXe siècle. Elle était le dixième enfant et la huitième fille du roi Nikola Petrović Njegoš et de la reine Milena. Elle n’a pas été scolarisée en étranger comme ses soeurs, mais a pu acquérir une grande éducation grâce à la présence des meilleurs maîtres et professeurs monténégrins et étrangers à la cour de Cetinje.

Princess_Xenia_of_Montenegro.JPG (2110×3172)

Photo: Ksenija Petrović Njegoš

Source: Wikimedia commons https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Princess_Xenia_of_Montenegro.JPGPhoto:

A la différence de la plupart de ses soeurs, filles du roi Nikola Ier Petrović qui ont épousé des rois ou membres éminents des maisons monarchiques européennes, elle est restée celibataire, refusant de nombreuses propositions en mariage. Sage, intelligente et très éduquée, cette femme forte, conaisseuse de la politique, de l’art et des modes de vie européennes est restée auprès de son père jusqu’à la fin de ses jours. Elle était sa consultante et son secrétaire personnelle, participante active des réunions politiques décisives du sort du pays. En dehors de ses activités politiques, Ksenija était la première femme photographe au Monténégro. Passionnée de photographie, elle possédait un appareil Kodak et ses clichés font partie de la riche collection photographique du Musée national du Monténégro. Exposés dans les musées et publiés dans les monographies spécialisées, ils témoignent aujourd’hui d’une période historique décisive pour la vie et l’histoire du Monténégro. 

Ce n’est pas tout, Ksenija était la première femme du Monténégro qui a conduit une véhicule à moteur, une Fiat offerte par sa soeur Hélène de Savoie, reine d’Italie ! 

Photo: Princesse Ksenija Petrović au volant de sa Fiat, avec son père roi Nikola Ier

Source: Archives personnelles

Cette femme forte, indépendante et moderne a tenu un journal intime entièrement en français ! Ce journal, écrit à la main dans un français du registre soutenu, tenu sur les petits carnets de notes commandés et achetés au Louvre, couvre la période entre 1905 et 1928, à savoir des évènements cruciaux qui ont marqué la gloire et la chute de la dynastie Petrović Njegoš. Grâce aux propriétaires du port de plaisance Porto Monténégro et leurs contacts directs avec les membres des famille royales bulgare et russe, descendants des princesses Petrović, soeurs de Ksenija, le journal  est revenu au Monténégro et il est actuellement en possession du Musée national. 

Photo: Bureau de Ksenija au Palais royal de Cetinje

Source: Archives personnelles

Ksenija note dans son journal ses activités quotidiennes, données factuelles concernant la vie familiale, les dates et  les excursions. Elle ne s’arrête pas sur les évènements historiques dont elle a été témoin direct, mais son journal intime représente sans doute pour les historiens une source qui confirme ou enlève les doutes relatifs à certaines personnes ou évènements. 

Elle y écrit aussu sa vie d’exilée en France, ses promenades dans les parcs, au bois de Boulogne, aux Tuileries, à Montmartre ou sur les plages de la riviera française ou italienne, marquant au passage l’état sur le front de guerre au Monténégro et en Europe. 

Ksenija a régulièrement  fréquenté les évènements culturels et artistiques, visitait les expositions et les musées (la visite du Louvre était obligatoire à Paris), assistait aux représentations théatrales, concerts et spectacles de danse classique à Paris, Vienne, Milan ou Saint Petersbourg, fréquentait  les casinos et les cabarets  (Folies bergère…), les carnavals de Nice et de Venise. Elle a écouté Caruso à Paris, regardé “Revizor” de Gogol et “Impératrice des Balkans” de son père à Cetinje, ainsi que la danse d’Isadora Duncan”. Ksenija a joué aux cartes (surtout bridge et poker)  pratiqué  le tennis, golf, ping-pong, pétanque, patinage, pêche, tir… Elle a également visité des célèbres boutiques, magasins et salons de mode (Trois Quartiers, Harrods, Galeries Lafayette, Bon Marché…). 

1914-Nicola-I-of-Montenegro-and-family.jpg (779×619)
Ksenija (à gauche) avec ses parents et sa soeur Vjera en exil en France (Neuilly)

Source: Wikimedia commons https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9b/1914-Nicola-I-of-Montenegro-and-family.jpg

Ksenija est décédée en France en 1960. Ce n’est que 29 ans après, en 1989, que son corps sera transféré au Monténégro, pour reposer en paix près du monastère de Cetinje avec sa soeur Vjera et ses parents. 

La pièce de théatre “Princesse Ksenija de Monténégro”  de la réalisatrice Radmila Vojvodić qui raconte la vie de la princesse a été un énorme succès théatral au début des années 1990.  Aujourd’hui, le souvenir de Ksenija est gardé dans le nom d’une rue et d’une école de danse classique de Podgorica. Un statue de la princesse sera bientôt posée dans le centre historique de Cetinje et la nouvelle autoroute reliant le nord et le sud du Monténégro portera le nom de la princesse favorite du pays.   

Le roi Nikola Ier Petrović et sa cour francophone de Cetinje

 

Le roi Nikola Ier était le dernier souverain monténégrin de la dinastie Petrović Njegoš avant l’annexion du Monténégro par la Serbie en 1918. Pendant son règne, l’indépendance du Monténégro a été internationalement confirmée au Congrès de Berlin 1878 et Cetinje a été progressivement transformé en plus petite capitale européenne. Le dernier roi du Monténégro a été scolarisé à Paris (lycée Louis Le Grand de 1856 à 1860) ce qui a profondément marqué ses gouts litéraires, son inspiration poétique et sa manière de gouverner. Ecrivain, poète, et auteur du théatre, Nikola Ier a raconté ses souvenirs parisiens dans son Autobiographie et ses ​Mémoires. Son oeuvre théatrale “Balkanska carica” (Tzarine des Balkans)​ a été partiellement traduite en langue française. 

Nicola-I-del-Montenegro-ritratto-dipinto.jpg (345×488)

Photo – Roi Nikola Ier

Source: Wikimedia commons  

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/89/Nicola-I-del-Montenegro-ritratto-dipinto.jpg

Un fragment a été publié en 1888 en France par Pierre Bauron, professeur de rhétorique et de philosophie, dans un livre dont il est l’auteur et qui porte le nom de ​Rives de l’Illyrie. Istrie. Dalmatie. Monténégro. ​Un autre traducteur, Ely Halpérine-Kaminsky a également publiécertains fragments de ce drame : tout d’abord en 1899 dans la ​Revue d’Europe sous le nom de ​La reine des Balkans​, puis en 1910 sous le nom de​La Tzarine des Balkans dans l’une desrevues parisiennes les plus populaires, ​Lectures pour tous​, et finalement dans la ​Revue des Français. Le roi Nikola Ier Petrović a également traduit des poèmes du français et il a réussi un  véritable exploit traductologique: rendre Les aventures du dernier Abencerage​ de François René de Chateaubriand en un poème de 2168 vers qu’il intitulé ​Potonji Abenseraž (Le dernier Abencerage​). Cette publication, parue en 1888 dans l’ambiance culturelle relativement peu développée du Monténégro, représentait sans aucun doute un événement littéraire particulier.

 

Voici les impressions de Juliette Adam, écrivaine et femme politique française, propriétaire d’un influent salon parisien et rédactrice de la “Nouvelle revue” qui s’est rendue au Monténégro en 1898 et en a publié plusieurs articles:

“La vie du prince Nicolas est une longue suite des actes de grandeur, de dévouement à son peuple et de courage. Son esprit se plait à toutes les recherches, à toutes les études, s’abandonne à toutes les inspirations. Il est poète comme l’était son aieul Pierre II.

Une tragédie, devenue l’oeuvre maîtresse du prince, L’Impératrice des Balkans, a commencé par être une fantaisie faite pour être jouée par des officiers au camp; puis, peu à peu, elle s’est agrandie et elle est aujourd’hui l’épopée slave de la Montagne noire. Le prince Nicolas est un grand poète, plus qu’un simple dramaturge. La forme de ses vers est d’une beauté parfaite. Sa conversation, lorsqu’il lui plait, est celle d’un lettré, il aime la littérature française et sait le dire. Combien de jugements profonds et de paroles flatteuses je rapporte pour mes amis écrivains, pour ceux surtout qui n’excluent pas le patriotisme de leur inspiration et de leurs oeuvres. Pourquoi Alphonse Daudet n’est-il plus là pour entendre ce que le prince m’a dit et m’eût chargé de lui répéter !  Et que de belles choses sur Victor Hugo, sur Copée, sur Déroulède et ses Chants du soldat !”

Le français représente au XIXème la langue diplomatique parlée par tout homme cultivé et il est absolument indispensable de le connaître. De ce fait, dans le minuscule Monténégro d’autrefois, à l’image de toutes les maisons royales européennes, le français est la langue de communication de la cour. Ceci est en particulier valable à l’époque du long règne du roi Nikola (1860-1918) car tous les membres de la famille Petrović-Njegoš maîtrisaient le français, sans exception. De nos jours même, dans la bibliothèque royale à Cetinje, parmi de nombreux livres, ce sont les ouvrages écrits en français qui se distinguent. D’autre part, on y découvre également 111 livres français dédicacés en langue française. Les dédicaces étaient écrites en français même lorsqu’il s’agissait d’un cadeau offert par un membre de la famille royale à un autre membre de la famille.

Kralj_i_kraljica_u_krugu_sire_familije.jpg (928×638)

Photo: Couple royal du Monténégro en famille

Source: Wikimedia commons

 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ac/Kralj_i_kraljica_u_krugu_sire_familije.jpg

Le couple royal monténégrin a eu douze enfants – neuf filles et trois fils. Grâce aux mariages de ses filles dans les maisons royales de l’Europe, Nikola Ier a réussi a renforcer la position internationale du pays et à introduire la culture, les modes de vie et les traditions européennes au Monténégro. Il a été appelé “le beau-père de l’Europe”, car cinq princesses monténégrines étaient respectivement mariés au roi d’Italie Victor Emmanuel II (Héléne de Savoie), roi Pierre Ier de Serbie (Zorka), deux grand ducs Romanoff, cousins du tsar russe Nicolas III (Stana et Milica) et prince François Joseph Battemberg, cousin de la reine Elisabeth.  Deux princesses (Marija et Sofija) sont décédées jeunes tandis que Ksenija et Vjera sont restées célibataires.

4096px-King_Nikola's_Palace_in_Cetinje.jpg (4096×2254)

Palais royal de Cetinje

Source: Wikimedia commons

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:King_Nikola%27s_Palace_in_Cetinje.jpg

La maison royale de Cetinje qui domine la place principale de Cetinje avec son architecture simple et son riche décor intérieur raconte la vie quotidienne du roi et de sa famille et représente aujourd’hui le musée le plus apprécié par les touristes du monde entier. Parmi les nombreuses traces matérielles de l’amitié et des relations franco-monténégrines, nous y retrouvons les objets en porcelaine avec les representation du couple impérial Napoléon Ier et Joséphine dans la grande salle à manger  du roi Nikola, ainsi que les portraits de Napoléon III et de son épouse Eugenie. Ces portraits figurent au grand salon de réception du roi, à côté des portrait des couples royaux contemporains et amis de la dynastie Petrović- Njegoš.

Napoléon et Joséphine sur porcelaine – Grande salle à manger du Palais royal de Cetinje
Portraits de Napoléon III et d’Eugénie ai Grand salon du Palais royal de Cetinje

Le roi Nikola, la reine Milena et leur filles Ksenija et Vjera ont passé les dernières années de leur vie en France, où il s’étaient exilés fuyant devant l’armée autrichienne en 1916. Suite aux intrigues diplomatiques et aux décisions de la Conférence de Versailles en 1919, il leur a été interdit de retourner au pays qui a officiellement disparu de la carte politique même s’il était allié des vainqueurs de la Ière guerre mondiale. Ils sont morts en exil en France et enterrés dans l’église ortodoxe de San Marino, grâce à  leur fille Hélène, reine d’Italie. Ce n’est qu’en 1989, que leur corps ont été solennellement transférés à Cetinje, en présence de nombreuses représentants des maisons royales européennes et leurs descendants.  Depuis, le roi Nikola et la reine Milena reposent dans la chapelle familliale des Petrović, entre le Palais royal et le Monastère de Cetinje. 

800px-Cerkiew_na_Ćipurze_w_Cetinje_01.jpg (800×544)Photo: Chapelle royale de Cetinje

Source: Wikimedia commons https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Cerkiew_na_%C4%86ipurze_w_Cetinje_01.jpg

 

 

Petar II Petrović-Njegoš – prince-évêque et poète monténégrin amoureux du français

Dans la première moitié du XIXème siècle, le Monténégro représente un petit territoire libre encerclé par l’Empire Ottoman et l’Autriche-Hongrie. Cetinje, sa capitale minuscule, compte plusieurs dizaines de maisons au toit de chaume disposées dans la proximité d’un monastère datant du XVe siècle et de l’hôtel ​Biljarda, résidence du prince-évêque Petar II Petrović-Njegoš (1813-1852) nommé ainsi d’après le premier tableau de billard du pays que son propriétaire a fait venir de Vienne et qui se trouve toujours dans ce bâtiment. Ce souverain et philosophe monténégrin est considéré comme poète – phare des Slaves du Sud.  L’épopée en vers  “Lauriers de la montagne” qui raconte la lutte des Monténégrins pour la liberté  et l’oeuvre philosophique “Lumière du microcosme” comptent parmi ses oeuvres les plus connues. 

Source: Wikimedia commons https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Petar_II_Petrovi%C4%87-Njego%C5%A1#/media/File:Petar_II_Petrovic-Njegos.jpg

Loin des grands centres culturels européens, cet érudite assoiffé de la culture européenne a réussi à apprendre plusieurs langues étrangères, dont le français, langue diplomatique de l’époque. Les grands auteurs de langue française occupent une place centrale dans sa bibliothèque exposée aujourd’hui au musée de  Biljarda visité par de nombreux touristes. Njegoš était particulièrement amoureux de la poésie française et il a traduit du français les vers d’Alphonse de Lamartine, notamment son poème l’Hymne de la nuit (Recueil Harmonies poétiques et religieuses​, 1824).

Les premiers contacts de Njegoš avec la langue française datent de son adolescence car la bibliothèque du monastère de Cetinje à laquelle il avait certainement accès dans sa  première jeunesse contenait des grammaires et des dictionnaires du français. Son oncle et prédécesseur, prince-évéque Petar Ier Petrović qui parlait également français, avait confié pour une courte durée l’instruction de son neveu de 14 ans à un Français nommé Jean Carteau.

Suite à son arrivée au pouvoir, Njegoš a compris que le français était une nécessité non seulement pour ses lectures, mais aussi pour ses nombreuses activités diplomatiques et ses fréquents voyages (Saint-Pétersbourg, Vienne, Trieste, Venise). Il avait pris des cours de français à Vienne et à Trieste et il avait même fait venir à Cetinje le professeur de français Francis Jaume. Monsieur Jaume est resté au Monténégro de janvier 1838 jusqu’à l’été 1839 avec son épouse. Il aurait même exercé une influence anticléricale sur l’évêque, puisqu’il lui avait appris à jouer aux échecs et au billard et lui avait conseillé de porter une tenue citadine à la place du costume traditionnel et des vêtements sacerdotaux. 

Afin d’apprendre le français, Njegoš recopiait avec persistance des mots inusités de la langue française afin de les retenir plus facilement. Certains de ces mots français avec leur traduction, inscrits à la main par Njegoš sur du papier et des enveloppes à lettre, ont été retrouvés dans les Archives nationales de Cetinje. Il comparait les textes rédigés en français avec leurs traductions en sa langue maternelle et récitait des vers français à haute voix. 

Bibliothèque de Njego

Une partie de la bibliothèque de Njegoš exposée à Biljarda

Source: Wikimedia commons https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Biljarda#/media/File:Museo_njegos,_interno_01.JPG

Sur 353 unités bibliographiques en dix langues étrangères sauvegardées de la très riche bibliothèque de Njegoš, 59 oeuvres sont en français, dont les œuvres complètes de Voltaire. On y trouve également l’original de sa traduction du long poème de Lamartine ​Hymne de la nuit​, ainsi que son journal intime ​dans lequel le souverain avait noté des vers de Victor Hugo et de Alphonse de Lamartine en français. Ce carnet de notes intime de Njegoš a été offert à ​l’Institut d’histoire ​du Monténégro par la princesse Ksenija, la fille du roi Nikola Ier. C’est dans sa page de couverture, sur une feuille de papier à part, qu’il a été retrouvé l’original du magnifique poème d’amour de Njegoš intitulé ​Pâris et Hélène ou Une nuit plus précieuse qu’un siècle​ avec une épigraphe en français :

La douce odeur de l’haleine de cette déesse surpassait 

tous les parfums de l’Arabie heureuse

Ce poème prouve que le devoir sacerdotal n’était qu’un fardeau pour le grand poète et souverain, épris des Lumières et de la vie. En effet, Njegoš, qui avait plus de deux mètres de taille impressionnait les dames lors de ses voyages à l’étranger et n’y était pas insensible. Parmi les vers que Njegoš avait sélectionnés pour son carnet de notes, beaucoup sont consacrés à Napoléon, dont la personnalité charismatique attirait le souverain monténégrin, tandis que la Corse, le pays natal du général français, attirait sans doute Njegoš pour ses nombreuses ressemblances avec le Monténégro. De même, les deux grands poètes, Njegoš et Hugo, étaient profondément marqués par la philosophie des Lumières.

Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Biljarda#/media/File:Biljarda,_rezidence_Petra_II_Njegose,_vystavena_roku_1838.jpg

 

Le musée de Biljarda, situé au coeur de la ville de Cetinje propose à ses visiteurs un voyage dans la vie quotidienne et les oeuvres de Petar II Petrović-Njegoš, personnalité symbole du Monténégro. Biljarda acueille également les expositions temporaires inspirées par l’histoire du pays. 

Napoléon à Kolašin

Kolašin, ville entre fleuves et montagnes

Kolašin est une ville au nord du Monténégro, fondée par les Turcs au 17ème siècle. Avec environ 3000 habitants, celle-ci représente aujourd’hui l’un des plus prestigieux endroits touristiques dans le pays. La rivière de Tara, connue sous le nom de « larme de l’Europe » à cause de sa clarté, et de sa pureté, contourne la cité. La rivière montagneuse Morača fait également partie intégrante du paysage plus large de la ville. La ville est aussi entourée de toutes parts par des montagnes, dont les plus connues sont Bjelasica et Sinjajevina. Kolašin est située à 954 m d’altitude et offre d’excellentes conditions pour passer de bonnes vacances, en hiver comme en été. En raison de son altitude et de son climat favorable, Kolašin est classée station thermale aérienne et station de ski incontournable.

L’attraction particulière pour les touristes est le lac de Biogradsko à 1094 m d’altitude non loin de Kolašin. Le lac fait partie du parc national « Biogradska gora », où se cache l’une des trois forêts tropicales préservées en Europe !

Le Monastère de Morača, qui appartient à la municipalité de Kolašin, est l’un des plus beaux du Monténégro. Il a été construit en 1252. La double porte à l’entrée du temple du milieu, en partie en ivoire, était un cadeau du célébre vezir Mehmed Pacha Sokolović. D’une valeur particulière artistique est la fresque nommée „Le corbeau nourissant Saint Elie“, elle date du 13ème siècle. À l’expostion universelle de Paris en 1952, elle a remporté le deuxième prix et Pablo Picasso l’a déclarée chef-d’oeuvre.

Coin francophone

Dans cette ville de Kolašin, existe une curiosité francophone. Il s’agit d’un petit café, non loin du centre, qui porte le nom du glorieux général français : Napoléon. Et cela à partir du 1982, l’année de sa fondation. Le patron Vesko dit souvent que c’est le cœur même de Paris qui s’est installé au cœur de ce petit bijou touristique, Kolašin. La rue du 13 juillet, où se trouve le café, a été rebaptisée « rue de Paris » par une décision interne de la famille. Et d’où le nom ? Fascination de Napoléon ? Pas forcément. Les ancêtres français ? Non plus. Au fait, tout provient d’une vraie histoire d’amitié et de solidarité. Pendant la guerre, le grand-père Andrija a sauvé la vie d’un soldat, qui en signe de reconnaissance, avait fait un don en pièce d’or de Napoléon au petit bonhomme. Et une fois la guerre finie, la fortune aidant, il s’est acheté une maison. Et oui, la même où est abrité actuellement ce petit resto pittoresque ! Joli non !

Interieur du café Napoléon (Photo: Dragan Bogojević)

Entre temps, on a fait faire un statut nature du grand homme à l’intérieure du café, et avec d’autres souvenirs, ornements, photos, tableaux et maints d’autres petits détails, l’ambiance chaleureuse et bon enfant « saute tout de suite aux yeux » des visiteurs et des touristes qui s’y présentent. On dirait se retrouver dans un conte de fée où coexistent l’esprit du foyer et du salon. Napoléon est devenu un passage obligatoire pour tout représentant officiel de France, en poste au Monténégro !

Vesko et sa fille Andréa font un tandem idéal pour le cadre prescrit, avec spontanéité et simplicité naturelle.  Une petite terrasse, sur le trottoir, surtout lors des belles journées matinales, offre un agréable lieu de rafraîchissement et de conversation.

Le jardin français s’annonce…

Et l’on a encore des projets et des rêves pour enrichir l’offre « française » du café. Vesko a une grande envie de construire un jardin à la française dans la cour à l’arrière de la maison. Cette fois, il serait dédié à une icône du cinéma français, le grand Jean Paul Belmondo ! Une drôle d’idée, en effet, que de faire coexister Napoléon et Belmondo dans le même espace ! Certains aimeront, un peu, beaucoup et d’autres pas du tout, ni Napoléon, ni Belmondo. Mais, qu’importe ! De gustibus non est dispuntandum ! La vision du futur jardin est d’y organiser divers événements, fêtes et réceptions en liens avec la France et la langue française. Et ce qui est insolite, c’est que tout cela se passe dans cette petite ville au nord du Monténégro, où l’on déguste des croissants chauds en écoutant des chansons françaises.

Quoi dire ! Un coin francophone à ne pas manquer ! Bienvenue !

Nous exprimons nos plus grands remerciements à Vesko et au camarade Momo pour des photos et des données précieuses pour notre histoire !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search